Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sainte Barbe et les barbituriques. Le 4 décembre.

Sainte Barbe a une histoire hors du commun. La patronne des artilleurs et des pompiers, des artificiers et des armuriers ainsi que des couvreurs, maçons, mineurs et charpentiers, est invoquée contre la foudre et la mort subite. Des allusions allégoriques de la crise d’épilepsie… le hasard encore ? Curieusement, la célébration de sa fête est aussi associée à des rites de fécondité (le coup de foudre sans doute). Bien qu’on le pose souvent dans les crèches en Provence, le blé de la Sainte Barbe que l’on sème dans les soucoupes le 4 décembre a une origine anté-chrétienne, remontant à l’antiquité grecque et romaine. Si la germination se fait bien et si le blé est bien vert, la prochaine moisson sera abondante, d’où l’origine de la locution proverbiale : « Blé de la Sainte Barbe bien germé, est symbole de prospérité pour la prochaine année ».  C’était un prévisionnel des récoltes à venir qu’on faisait pousser dans la maison. Avec le temps, cette tradition a évolué. Le blé en herbe est devenu un élément de décoration de table, une sorte de rite d’avant Noël. C’est une tradition populaire qui se perpétue de nos jours.

Mais allons plus loin… Madame Barbe est elle-même une source de légendes sans fin.  Selon le récit le plus courant, au IIIème siècle, Barbara, fille de Dioscore, roi de Nicomédie, ou d'un riche marchand d'Héliopolis selon les versions, refusa de s’unir avec le Prince perse Rifflemont. Pour n’être vue d’aucun homme, son père l’enferma  dans une tour pendant un de ses déplacements. Elle trouvât le moyen se faire baptiser par… Saint Jean Baptiste ! A son retour, Dioscore apprenant la conversion de sa fille, et de plus par un fantôme qui avait perdu la tête, fut pris d’une terrible colère et la livra au prévôt romain Marciamus. Elle fut proprement torturée puis rendue à son père, qui, devant son nouveau refus de renoncer à son Dieu, lui trancha la tête. Et dans l’instant, un éclair foudroya Dioscore. D’où le fait, qu’elle soit la patronne des artilleurs et invoquée comme paratonnerre. Cette histoire est tellement improbable que même l’église, pourtant très portée sur les récits merveilleux, ne put y apporter crédit. C’est la raison pour laquelle Sainte Barbe a été rasée du calendrier liturgique, où elle avait été inscrite au XIIème siècle. Les artilleurs, pompiers, artificiers, armuriers, couvreurs, maçons, mineurs et charpentiers, et Benjamin Franklin n’ont plus de patronne. Les raseurs non plus. Le blé de la Sainte Barbe n’a plus de fondement. Il s’en sera fallu d’un poil que Barbi soit une poupée avec un autre nom…

Partager cet article

Repost 0