Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réveillez vos neurones, chez vos libraires en février. Un extrait? Le préambule...

Réveillez vos neurones, chez vos libraires en février. Un extrait? Le préambule...

Chacun le sait. Le cerveau ça se cultive.

Etre cultivé n’est pas seulement comme on dit aux étudiants de Science Po’ « savoir presque rien sur à peu près tout ». Le cerveau peut apprendre mille choses que les intellectuels ne maîtrisent pas, la menuiserie, l’art de la broderie, dresser un cheval. C’est cela aussi cultiver un cerveau.

Mais il fut un temps où le cerveau était surtout l’organe des dons, qualités et défauts. Goethe, Stendhal, Auguste Comte, l’éditeur Baillière, Alfred de Vigny, Gustave Flaubert qui écrira « Bouvard présente la bosse de la bienveillance » ou dans le monde anglo-saxon Charlotte Bronte, Mark Twain, Edison, Melville, Arthur Conan Doyle et Bram Stoker (Dracula) ont un point commun ? Ils sont des adeptes de la phrénologie et pour certains la citent dans leurs nouvelles. La phrénologie ? Classée dans les pseudo-sciences elle eut son heure de gloire. Gall avait eu l’intuition géniale que la surface du cerveau, le cortex, était comme une administration, chaque bureau ayant en charge une fonction qui commandait à l’organisme… il se trompait juste sur la nature du travail de ce gigantesque poste de commandement. Rejoignant les conceptions de son époque il voyait le cerveau comme le Grand Organisateur de l’esprit alors qu’il gère surtout l’intendance, la parole, la motricité, la réception des paquets venant de nos sens mais les souvenirs, les mérites, les caractères et les comportements élaborés ne sont pas logés dans une zone unique et on n’a pas encore découvert une zone qui serait dévolue à l’intelligence ou aux divers dons. Ainsi, les aires cérébrales de « Besoin inné d'être bon », « Charitable et miséricordieux », « Perception des lois de l'Harmonie », « Amour du lucre » ou encore « Besoin d'Admiration ou tendance à la Foi » témoignent de cette conception du cerveau. Gall a une idée pour connaitre les dons et penchants sans attendre l’invention de l’IRM. Parmi ses étudiants, il croit remarquer que ceux qui ont la meilleure mémoire ont les yeux exorbités… Il en déduit que cette aptitude est contenue dans la partie du cerveau située juste derrière le front donc nommée « lobe frontal ». Selon cette idée le crâne porterait donc l’empreinte de chaque zone du cerveau sous-jacent. Il décide alors d’étudier systématiquement toutes les personnes ayant une qualité précise et à trouver quelle proéminence du crâne elles ont en partage et que n’ont pas les autres. Autrement dit, selon son hypothèse, chaque partie du cerveau contient une qualité et le crâne sera repoussé car plus la zone est active et plus elle est volumineuse. Si une qualité manque on palpera un creux. Il invente la « cranioscopie » qu’il nommera aussi « organologie » pour installer l’idée que le cerveau contient des zones responsables des organes, qu’un de ses adeptes nomme définitivement « phrénologie »… ouvrant indirectement la voie à la neurologie moderne des « localisations cérébrales ».

Le Musée de l’homme (Paris) conserve le témoignage de cette idée baroque au travers de collections de crâne ainsi étiquetées. C’est désormais une pseudo-science et plus personne ne s’y réfère… ce qui n’empêche pas de garder l’expression « avoir la bosse des maths ». Et de cultiver ses dons.

Tag(s) : #Les Associations de la neurologie, #alzheimer parkinson neurologie, #memoire tremblements

Partager cet article

Repost 0