Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alphonse Daudet et sa démence syphilitique, Charcot et Léon Daudet
Alphonse Daudet et sa démence syphilitique, Charcot et Léon DaudetAlphonse Daudet et sa démence syphilitique, Charcot et Léon Daudet

Alphonse Daudet et sa démence syphilitique, Charcot et Léon Daudet

Alphonse Daudet le voisin, patient et ami de Charcot se fâchera avec lui quand, ayant pistonné son fils pour l’internat, il aurait refusé de la faire pour son petit Léon ! Celui-ci devint écrivain comme papa et député royaliste. Léon Daudet publiera sa satyre des médecins « Les morticoles » dans laquelle il décrira le Pr Charcot. Il est dénué d’empathie, « le mal l’intéresse plus que celui qui porte le mal », méprise la communication, « il parlait latin pour ne pas être compris des malades » et a des manières hautaines, «en entrant dans la salle de cours de la Salpêtrière, il saluait le monde d’un regard circulaire, tendait deux doigts à son chef de clinique, un doigt à son interne et c’était tout ». En toute honnêteté, il reconnait pourtant son génie: « il va à l’essentiel, déblayant les symptômes secondaires, ce qui dérouterait tout médecin et s’adresse à ses élèves avec une précision tranchante», mais il lui reproche son dogmatisme: « Il ne permet aucune initiative à ses élèves dans le domaine de ses idées sur l’hystérie, l’ataxie et la sclérose en plaques. »

Partager cet article

Repost 0