Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le ça, le moi, le sur-moi, le Freud et le pré-Freud

La vie du « ça » commence avec son créateur, Groddeck. Freud en parlait comme d’un «psychanalyste incomparable». Groddeck disait de lui-même: «Je suis un analyste sauvage». Il est le premier «psychosomaticien». Il affirme le rôle de l'inconscient, plus particulièrement de l'instance appelée le « ça », comme cause des maladies somatiques qualifiés donc de psychosomatiques... Pour guérir, selon lui, de toutes ses maladies il faut guérir de son ça, de son inconscient. Le ça que nous appellerons inconscient pour plus de clarté malgré que ce soit une approximation est le pilier de l’égo. Peut-on guérir de son égo ?
Un jour, Mahomet revenant d’une bataille dit : « nous sommes revenus d’un petit combat et nous allons vers le jihad al-akhbar, le grand combat.»
On lui a demandé quel était ce grand combat et il répondit « C’est le combat du moi. »
Le maître soufi Bentounes commente ce passage : « Le combat de l’homme contre lui-même n’a pas pour objet de tuer son ego distordu mais de le pacifier, de l’apaiser. Celui qui perd son ego est un être imparfait, diminué. Seul celui qui parvient à reconnaitre la suprématie de la Vérité, peut s’affirmer en tant qu’être par excellence ».

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :